* Accueil * Qui suis-je ? * Messages des anges * Textes choisis * Email *

 

 

 
 

 

 

 
 

Souvenirs d'enfance


Je devais avoir environ huit ans et nous courions sous les rayons radieux de ce soleil du mois d'août autour d'une meule de foin.

Nous avions libéré les cochons qui tournaient, sans jamais se fatiguer, dans une course folle, autour de la meule de foin. Il me semble que j'entends toujours ses éclats de rire.

Il avait une voix si rauque déjà malgré son si jeune âge…six ans. Nous étions si complices déjà.

Nous raffolions de nature, d'animaux en liberté. La fatigue et la chaleur ne parvenaient pas à venir à bout de nos forces limitées d'enfants libres et insouciants.

Je les entends encore et toujours nos éclats de rire se propageant partout dans cette si belle ferme.

Il me manque tellement…tellement.

Plus tard, je n'ai pas voulu, pas pu accepter qu'il mette fin à ses jours. Pourquoi avait-il déversé dans sa gorge de jeune homme de vingt ans cette boisson dévastatrice, cet acide ?

Des années durant j'ai refusé de le croire, de le concevoir, d'accepter sa mort. Son acte si désespéré, si incompréhensible, si soudain était parvenu à me faire douter.

J'aime tellement la vie, il l'aimait tant lui aussi. Pourquoi alors l'avait-il insultée de la sorte, lui crachant ainsi purement et simplement à la figure ?

Je le revois toujours et encore, infatigable, courant autour de la meule de foin. Nos éclats de rire transpercent le silence de cette si belle matinée d'août, me déchirent le cœur.

Quel que soit le lieu où il se trouve aujourd'hui, je sais qu'il court toujours derrière les cochons, autour de la meule de foin. Il m'attend…

Il essaie toujours d'attraper la queue d'un cochon qui aurait cédé sous le poids des rayons d'un soleil inventés pour lui, comme pour lui donner un coup de pouce.

Je t'aime tant, repose en paix…Certains jours, je cours avec toi autour de la meule de foin pour que la solitude ne soit pas ton tombeau….

j'entends encore l'écho de nos rires.

Aujourd'hui, je sais et ressens qu'il est allé rejoindre un monde de douceur, de légèreté, semi onirique, dans lequel il évolue le plus naturellement du monde, au milieu des animaux qu'il aime tant....je l'aimais et l'aime tant moi aussi.

Je le sais heureux et soucieux d'apprendre les plus belles vérités que d'autres anges (plus "expérimentés" que lui) veulent bien lui enseigner pour s'accomplir dans sa vie d'être de lumière.

Je suis enfin en paix avec moi-même car je le sais en paix dans toute cette lumière qu'il m'arrive de "percevoir" parfois grâce à lui.

A deux reprises, il m'a fait l'honneur de venir traverser le monde de mes rêves.

Son message est des plus clairs : "je suis bien là où je suis et tu verras comme ce monde est beau et apaisant lorsque tu viendras me rejoindre"...

Alors tout naturellement, je le sais serein, apaisé et heureux.
 


Marie

 

***